vendredi 17 février 2012

e-Portfolio et réflexivité

Développer la réflexion dans la formation des enseignants en utilisant un ePortfolio

Contribution proposée par Christophe Gremion, professeur (et mentor) dans la Haute Ecole Pédagogique de Fribourg (Suisse), gremionc@edufr.ch dans le cadre du colloque de Clair2012 http://clair2012.wikispaces.com/ 

Cette contribution a pour objectif de présenter une recherche exploratoire centrée sur l’utilisation d’un gestionnaire de notes multimédias dans la réalisation d’un dossier d’apprentissage électronique en formation d’enseignant.

Dans la Haute Ecole Pédagogique de Fribourg (HEP-FR), la formation initiale des enseignants s’articule autour de trois axes centraux. D’une part la dyade apprentissage institué curriculaire (théorique) articulé avec l’apprentissage incidents (pratique), classique dans toute formation en alternance, dispositif complété par une dimension d’apprentissage institué non curriculaire (Pastré, 2011, p. 256–258) dont le rôle premier est de soutenir et de susciter les médiations contrôlantes et structurantes de l’apprenant (Buysse & Vanhulle, 2010) qui apparaissent en articulant théorie et pratique. Ce troisième axe vise également le développement d’une posture réflexive qui est soutenue par une pratique régulière de l’autoévaluation ainsi que par la tenue d’un dossier d’apprentissage dans lequel l’étudiant récolte des traces. Cette démarche est étayée par un facilitateur – formateur de l’institut de formation    -    devant    « stimuler    l’exercice    d’un    « savoir    réflexif »    sur    les    pratiques d’enseignement » (Saussez & Allal, 2007, p. 113). C’est le mentor qui se voit confier cette mission de « stimulateur » dans la HEP FR.
Comme dans de nombreuses institutions, le dossier demandé est avant tout un lieu d’apprentissage et de réflexion propre à l’étudiant. Mais il est également, dans une certaine mesure, un élément de validation du parcours de formation. Ce mélange de formatif et de certificatif conduit parfois l’étudiant à hésiter entre deux logiques paradoxales : montrer ce que l’on sait faire ou montrer ce que l’on doit développer, paradoxe de la vitrine ou du miroir. L’hésitation entre ces deux pôles peut influencer le futur enseignant quant à la décision de ce qu’il laisse transparaître dans son DAP et de son autoévaluation. Le choix des « incidents critiques » retenus, tant pour alimenter la récolte de traces que les analyses de situations de son dossier d’apprentissage, se fera dans cette tension entre ce qu’il veut montrer de ses compétences à être un bon enseignant (vitrine) et ce qu’il souhaite améliorer dans sa pratique pour le devenir (miroir). Lors d’une précédente recherche (Gremion, 2010), nous avons pu constater que les analyses de pratiques développées dans les dossiers d’apprentissage traitaient au moins une fois sur deux d’un « incident critique » vécu lors de la visite du mentor. Est-ce parce que cette situation est déjà connue par l’accompagnateur et ne représente pas un risque supplémentaire de se dévoiler ? Est-ce parce qu’elle a déjà été commentée par cet «autrui significatif» (Dubar, 1998, p. 74) et que cela permet donc à l’étudiant de réaliser «correctement » son métier d’élève ? Ou simplement parce que le cas ayant été identifié par le mentor est la garantie qu’il soit digne d’intérêt ? Quoi qu’il en soit des raisons, l’effet demeure le même et plutôt que de récolter de nombreuses traces susceptibles d’alimenter sa réflexion, l’étudiant s’arrête trop vite sur cette (unique?) situation déjà exploitée.
Cette contribution vise à mettre en évidence les plus values que peut représenter l’utilisation d’un gestionnaire de notes multimédias pour l’autoévaluation des étudiants, mais elle s’inscrit
dans un cadre plus large, celui qui concerne la posture de l’accompagnateur professionnel que Vial et Caparros-Mencacci (2007) développent dans leur ouvrage.
Les traces qui nous intéressent sont de nature très diverses (image d’un travail d’élève, mémo audio, enregistrement photo, audio ou vidéo d’un moment de vie de la classe...) et notre idée est de pouvoir les récolter de manière très simple et très spontanée, que ce soit à l’aide d’un ordinateur ou d’un smartphone. Après quelques tests, notre choix s’est porté sur l’application EverNote. En effet, cet outil nous semble idéal de par les nombreux avantages qu’il représente :
-    Accès facile depuis l’interface Web ou grâce à l’application compatible avec un grand nombre d’appareils mobiles (ordinateur PC ou Mac, iPhone, iPod, iPad, Android, BlackBerry, Pal, Sony Ericsson, Windows mobile...).
-    Gestion de trois niveaux de partage : privé pour la récolte brute de traces, semi- privé pour le partage avec le mentor et le maître de stage afin d’alimenter la réflexion, public pour se constituer petit à petit son portfolio de professionnel.
- Poursuite de ce travail envisageable dans la formation continuée, l’outil appartenant à l’étudiant et non à l’institution.
-    Envoi possible de traces par le mentor ou le maître de stage sur le portfolio privé de l’étudiant via son adresse mail Evernote.
Au-delà de ces considérations techniques, naturellement, il nous semble primordial d’explorer dans quelle mesure l’utilisation de cet outil peut modifier les pratiques autoévaluatives. Nous pensons notamment à :
-    une augmentation du nombre de traces recueillies pour alimenter la réflexion ;
-    une diminution des biais de l’autoévaluation socialisée par le contrôle du partage géré intégralement par l’étudiant, dans le sens de garantir des espaces protégés dont parlent Saussez et Allal (2007, p. 116) et dans l’idée de favoriser la prise de contrôle de ses apprentissages par l’apprenant (Buysse & Vanhulle, 2010)
-    un nouveau rôle pour l’expérience de terrain, qui n’est plus vue comme la preuve de compétence (réussir) mais devient le savoir (apprendre), « clef de voûte » du réseau et de la réflexion qui relient l’apprenant, l’enseignant de terrain et le mentor institutionnel, ici l’institut de formation initiale (Zulauf, 2006, p. 250)
Notre poster comprendra tout d’abord les éléments théoriques sur lesquels se base cette recherche. Nous présenterons ensuite les premiers éléments d’analyse de cette phase exploratoire, étape qui nous a permis de suivre 3 étudiantes de 2ème année pendant 6 mois de formation et deux stages d’enseignement. Les données, récoltées par entretiens semi-directifs, nous renseigneront sur l’utilisabilité, l’utilité et l’acceptabilité de ce dispositif (Tricot et al., 2003) du point de vue des étudiants. Nous proposerons également des éléments d’analyse portant sur la nature et la pertinence des traces déposées dans les ePortfolios.


Bibliographie
Buysse, A. A. J., & Vanhulle, S. (2010). Le portfolio: une médiation contrôlante et structurante des savoirs professionnels. Revue suisse des sciences de l’éducation, 32(1), 87- 104. Dubar, C. (1998). Trajectoires sociales et formes identitaires. Clarifications conceptuelles et méthodologiques. Sociétés contemporaines, 29(1), 73-85. doi:10.3406/socco.1998.1842 Gremion, C. (2010). Influence de l’autoévaluation et de l’accompagnement sur la posture réflexive des futurs enseignants (Mémoire de Master). Université de Fribourg, Sciences de
l’éducation, Fribourg. Pastré, P. (2011). La didactique professionnelle approche anthropologique du développement chez les adultes. Paris: Presses universitaires de France. Saussez, F., & Allal, L. (2007). Réfléchir sur sa pratique  : le rôle de l’autoévaluation? Mesure et évaluation en éducation, 30(1), 97-124. Tricot, A., Plégat-Soutjis, F., Camps, J. F., Amiel, A., Lutz, G., & Morcillo, A. (2003). Utilité, utilisabilité, acceptabilité: interpréter les relations entre trois dimensions de l’évaluation des EIAH. Actes de la Conférence Environnements Informatiques pour l’Apprentissage Humain, 391-402. Vial, M., & Caparros-Mencacci, N. (2007). L’accompagnement professionnel  ? Méthode à l’usage des praticiens exerçant une fonction éducative. Bruxelles: De Boeck. Zulauf, M. (2006). Quel paradigme pour l’éducation musicale de demain? Dans M. Zulauf & P.-F. Coen (Éd.), Entre savoirs modulés et savoir moduler. Paris: Editions L’Harmattan.
 
Droits sur l’affiche : http://creativecommons.org/choose/?lang=fr
Portfolio électronique et mLearning sur Evernote de Christophe Gremion est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Partage à l'Identique 3.0 non transposé.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire